Café des artistes

Café des artistes

A HUIS CLOS

A HUIS CLOS

 

La pluie tombe, fine, légère et froide. Collée au radiateur, par delà la fenêtre, je la regarde tomber, discontinue, je scrute l'horizon, espérant un appel, un signe, une petite lueur dorée à travers ce ciel nuageux, redoutant ces journées sans fin aussi tristes que cette pluie, aussi grises que ce ciel de plomb. Plombée ! C'est bien là ce que je ressens, le cœur, le corps et l'âme...lourds et gris ; Tout mouvement d'avancement me semble impossible, un soldat de plomb mais qui est plus plomb que soldat, plus stoïque que belliqueux, telle une statue... de plomb... de pierre, ancrée sur son socle bien érigé mais pas enraciné, ne pouvant regarder, semble-t-il, que devant, mais d'un regard vide, balayant son environnement et ne pouvant se soustraire aux regards des autres. Le regard des autres ! Que ne donnerais-je pour ne plus le ressentir, pour ne plus en avoir peur, pour ne plus le subir ! Ce n'est pas le regard figé sur une apparence qui me fait peur mais celui que je redoute est inquisiteur et semble me transpercer, me diagnostiquer, me juger. Le regard post-mortem de mes parents, le regard de mes enfants, le regard de mes amis, le regard des gens, le regard de ma vie !... Le regard de la mort ! Non, ce dernier ne me fait point peur, au contraire, il m'appelle, il m'attire, il m'engourdit. Je l'aperçois soudain à travers les nuages, comme il me semble doux ! Là ! Maintenant ! Qu'il me sauve et qu'il m'emporte !

© Chrisithaque



26/07/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres