Café des artistes

Café des artistes

Le chat, source d'inspiration


LE NOEL DES CHATONS

Quatre petits chatons vivaient avec leur maman, une jolie chatte à tendance persanne dans une petite maison à la campagne. Leur maîtresse était souvent absente et chaque fois qu'elle partait ils la suivaient jusqu'à la voiture pour lui dire au revoir. Comme chaque fois, elle les regardait, avec un petit pincement au coeur car elle ne pouvait s'empêcher de voir leur petit air malheureux. Ils étaient si mignons  et si fragiles ces petits chatons. Dès qu' elle esquissait un mouvement de retour, elle ne pouvait s'empêcher de sourire avec mélancolie en voyant leurs petites têtes se dresser, les oreilles bien droites légèrement tirées vers l'arrière, leur regard vif et implorant dans une attitude d'attente et d'espoir. Mais il fallait qu'elle aille travailler. Une derniere petite caresse à TOPAZE, PERLE,  CHARMED et PITCHOULINE... C'est bientôt Noël et elle se promit que ce jour sacré, elle le consacrerait à ses petits animaux de compagnie, elle leur ferait même un cadeau, après tout, eux aussi ont droit à une gâterie de temps en temps. Pleine de joie à l'idée de cette journée, elle partit le coeur allégé. 

 cattiaa.gif
Présentation de la famille

MIMINE, la maman, est une dominatrice, dans toute sa splendeur féline. Son petit monde marchait au pas avec elle, aucun écart n'était toléré, et elle savait rallier les chatons lorsqu'ils devenaient un peu trop zélés. Mimine, dirigeait le clan d'une patte de fer et se faisait un point d'honneur de se soustraire à tous ses devoirs de maman. Ainsi, elle passait du temps à nettoyer longuement ses chatons malgré leurs protestations. Mimine, bien que ferme, savait aussi se montrer protectrice et tendre, elle était dotée d'une intelligence hors pair, c'était une chatte et une mère parfaite. 

 

2202870431_1.gif

♥ TOPAZE, appelé ainsi parce qu'il avait des yeux immenses, en amande et d'un vert  d'une pureté parfaite, était doté de bottes blanches, le reste de son corps était tout noir, seul entre les yeux un losange parfait, tout blanc, rappelait le blanc de ses pattes. Unique mâle de la famille, il était doté d'un caractère très doux et débordait d'affection. Heureusement, car il avait fort à faire avec ses soeurs, de véritables petites femelles, maniérées, coquines, lunatiques bien qu'elles fussent calmes dans l'ensemble. En cela, elles n'avaient pas pris le caractère de leur mère. 


♥ CHARMED, était une chatte splendide, rayée gris clair, d'un gris doux et chic et dotée d'une robe longue et soyeuse, ses yeux étaient de la couleur de sa robe, soulignés de part et d'autre d'un trait blanc, de longues touffes de poils blancs mousseux enveloppaient l'intérieur et l'extérieur de ses oreilles. Charmed était ce qu'on pourrait appeler "un petit pot de colle", réclamant toujours quelque chose, demandant sans cesse les genoux, les caresses, suivant sans arrêt les pas de sa maîtresse, dormant sur les draps de son lit, mais pas au pied du lit, non... au plus près du visage. Charmed était comme ça !


♥ PERLE, elle aussi, était une chatte de toute beauté, parée d'une longue robe noire, soyeuse, brillante, l'intérieur et le bord des oreilles étaient rose nacré et pourvu de longs poils blancs délicatements rosés aux reflets nacrés eux aussi, d'où son nom de "Perle". Perle était timide, relativement indépendante et cependant empreinte de douceur, de réserve, de discrétion. Un pur bijou, facile à vivre, elle aimait se prélasser sur le lit de sa maîtresse mais à ses heures, sachant rester à sa place, préférant le milieu du lit, parfois mais rarement elle se blotissait contre sa maîtresse et ronronnait discrètement, c'était une petite boule de chaleur apaisante et réconfortante. 


 PITCHOULINE, était la petite maigrelette, ses poils étaient plutôt courts, sa robe rayée, De petit gabarit,  d' un petit appétit, emplie de crainte voire de méfiance, elle semblait fragilisée et recherchait la compagnie de son frère, sans doute par besoin de sécurité. C'était une petite chatte difficile à approcher, le lit ne l'attirait pas ni aucun autre coin douillet non plus, d'ailleurs. C'était la petite sauvageonne du clan. 

partenaires chats1.gif

Le jour de noël appproche, qu'est-ce que je peux bien leur offrir à mes petits chatons ? Se demandait la maîtresse. Cela faisait deux jours qu'elle arpentait les magasins pour voir ce qui pourrait en même temps être utile et amusant. Les achalandages sont tellement pourvus que le choix est difficile. Soudain, elle eut une idée : un bijou ! Une jolie médaille avec le nom de chacun de ses chats, ils auront ainsi leur propre identité et si par malheur ils se perdaient, on pourrait retrouver leur maîtresse ou leur adresse. On ne sait jamais...Ainsi, la décision fut prise. Satisfaite de son choix, la maîtresse repartit chez elle mais en passant devant une animalerie, un désir furtif de rentrer s'empara de sa passion pour ses chats...20mn plus tard, elle ressortit les mains chargées de cinq paquets :  quatre petits  jouets pour chacun d'entre eux et un gors paquet pour Mimine leur maman qu'il ne fallait pas oublier : une souris qui file à toute allure. Confuse d'avoir cédé à ses impulsions d'achat dues à l'amour qu'elle vouait à ses chatons, elle s'apprêta à monter dans sa voiture pour rentrer mais....Il lui manquait encore quelque chose lui semblait-il. Prise d'une seconde impulsion, elle retourna dans le magasin qu'elle venait de quitter et se dirigea sans hésitation, telle un robot, vers le rayon nourriture. Parfait, se dit-elle en prenant des boîtes de pâtée de luxe, une fois n'est pas coutume...Et c'est ainsi que le clan des félins eût un merveilleux noël !

Vous aimez également les chats ? Cliquez ici,  je vous offre ces Gifs


14/12/2008
0 Poster un commentaire

Eloge du chat

LE CHAT ET LA LUNE par William Butler YEATS

Le chat s'en allait ça et là,

La lune tournait comme une toupie,

Le plus proche parent de la lune,

Le chat rampant, leva les yeux.

Minnaloushe rampe dans l'herbe
De flaque de lune en flaque de lune,
Et là-haut la lune sacrée
Commence une phase nouvelle.

Minnaloushe a-t-il conscience
Que ses prunelles changent sans cesse,
Qu'elles vont du cercle au croissant,
Pour aller du croissant au cercle ?


Minnaloushe rampe dans l'herbe,
Solitaire, sage, important,
Levant vers la lune changeante
Ses yeux changeants.

Image du Blog petitemimine.centerblog.net
Charles Baudelaire (1821-1867)

C’est l’esprit du lieu, il juge, il préside, il inspire. Les chats puissants et doux, orgueil de la maison, amis de la science et de la volupté. Les nobles attitudes des grands sphinx allongés au fond des solitudes. Viens mon beau chat sur mon cœur amoureux, retiens les griffes de ta patte. Chat séraphique, chat étrange, en qui tout est comme un ange. Les chinois voient l'heure dans l'oeil des chats.

Image du Blog nbcatpersan.centerblog.net

LE PETIT CHAT

par Edmond ROSTAND (1868-1918)

 

C'est un petit chat noir effronté comme un page,

Je le laisse jouer sur ma table souvent.

Quelquefois il s'assied sans faire de tapage,

On dirait un joli presse-papier vivant.

Rien en lui, pas un poil de son velours ne bouge ;

Longtemps, il reste là, noir sur un feuillet blanc,

A ces minets tirant leur langue de drap rouge,

Qu'on fait pour essuyer les plumes, ressemblant.

Quand il s'amuse, il est extrêmement comique,

Pataud et gracieux, tel un ourson drôlet.

Souvent je m'accroupis pour suivre sa mimique

Quand on met devant lui la soucoupe de lait.

Tout d'abord de son nez délicat il le flaire,

La frôle, puis, à coups de langue très petits,

Il le happe ; et dès lors il est à son affaire

Et l'on entend, pendant qu'il boit, un clapotis.

Il boit, bougeant la queue et sans faire une pause,

Et ne relève enfin son joli museau plat

Que lorsqu'il a passé sa langue rêche et rose

Partout, bien proprement débarbouillé le plat.

Alors il se pourlèche un moment les moustaches,

Avec l'air étonné d'avoir déjà fini. 

Et comme il s'aperçoit qu'il s'est fait quelques taches,

Il se lisse à nouveau, lustre son poil terni.

Ses yeux jaunes et bleus sont comme deux agates ;

Il les ferme à demi, parfois, en reniflant,

Se renverse, ayant pris son museau dans ses pattes,

Avec des airs de tigre étendu sur le flanc.

(Recueil : Les musardises)

LE CHAT ET L'OISEAU - Jacques Prévert

Un village écoute désolé
Le chant d'un oiseau blessé
C'est le seul oiseau du village
Et c'est le seul chat du village
Qui l'a à moitié dévoré
Et l'oiseau cesse de chanter
Le chat cesse de ronronner
Et de se lécher le museau
Et le village fait à l'oiseau
De merveilleuses funérailles
Et le chat qui est invité
Marche derrière le petit cercueil de paille
Où l'oiseau mort est allongé
Porté par une petite fille
Qui n'arrête pas de pleurer
Si j'avais su que cela te fasse tant de peine
Lui dit le chat
Je l'aurais mangé tout entier
Et puis je t'aurais raconté
Que je l'avais vu s'envoler
S'envoler jusqu'au bout du monde
Là-bas c'est tellement loin
Que jamais on n'en revient
Tu aurais eu moins de chagrin
Simplement de la tristesse et des regrets

Il ne faut jamais faire les choses à moitié

Colette - Extrait de "Douze dialogues de bêtes" :

"On dirait que je dors, parce que mes yeux s'effilent jusqu'à sembler le prolongement du trait velouté, coup de crayon hardi, maquillage horizontal et bizarre, qui unit mes paupières à mes oreilles. Je veille pourtant. Mais c'est une veille de fakir, une ankylose bienheureuse d'où je perçois tout bruit et devine toute présence..."


12/02/2015
3 Poster un commentaire

Le chat du café des artistes

Quand on est mort c'est qu'on est mort

Quand on ne rit plus c'est qu'on ne vit plus
Quand j'aurais coupé la ficelle
Mettez-moi dans une poubelle

*
Laissez-moi faisander un mois
Et de là jetez-moi au chat
Qu'il refuse ma rate et mon foie
Mais choisissez l'heure

pour qu'il me mange le coeur

*

Et je reste encore avec vous
Sur vos épaules et vos genoux
Que je sois puisqu'il faut qu'on existe
Le chat du café des artistes

*
Et si le pain vient à manquer
Je serai là et n'hésitez pas
Brisez-moi les pattes et le cou
Et puis mangez-moi à même le chat

*
Ce ne sera pas la première fois
Qu'on aura mangé un artiste

*
Quand on est mort c'est qu'on est mort
Quand on ne rit plus, c'est qu'on ne vit plus
Quand il a coupé la ficelle
On l'a mis dans une poubelle

*
Et puis ils m'ont oublié là
Comme ils ont oublié le chat
Comme ils oublieront ma tête et mes chansons

*
Ce ne sera pas la dernière fois
Que l'on oubliera un artiste


06/02/2009
0 Poster un commentaire

Ces blogs de pourraient vous intéresser