Café des artistes

Café des artistes

S comme sorcière

Halloween est la « Nuit des sorcières », vibrant de tous les sortilèges.

Les Dames de pouvoir se mêlent à la nuit, les secrets affleurent,

deux mondes se mêlent. Samain, tout s’embrume, le royaume des ombres s’ouvre. L’Esprit des Anciens va féconder celui des vivants. Les Dieux sortis des tertres ou des étoiles vont s’unir aux filles des mortels et régénérer la race des humains. Samain, 40 jours après l’équinoxe d’automne, début de la saison sombre, aux longues Nuits animées par les Feux de sortilèges et de mémoire… »

Ce texte est tiré d'un ouvrage  de Marie Des bois dont j'ai emprunté le titre "S comme sorcière".

 

Procès de sorcières

En 1692, à Salem Village (aujourd'hui Danvers), quelques jeunes filles, accusent certains concitoyens de les avoir envoûtées et d'être des sorciers ou des magiciens, alliés de Satan.

Les faits : durant l'hiver glacial de 1691/1692, Betty Parris et Abigail Williams, respectivement fille et nièce du révérend Samuel Parris, se mettent - dit-on - à agir d'une curieuse manière : elles parlent une langue inconnue, se cachent, traînent des pieds en marchant. Les médecins consultés ne parviennent pas à identifier le problème ; l'un d'eux conclut même à une possession satanique. Parris et les autres notables de la ville pressent Betty et Abigail, puis les autres jeunes filles atteintes de manière identique de nommer ceux qui les ont maudites. Les jeunes filles se décident alors à donner des noms.

Les trois premières femmes accusées sont Sarah Good, Sarah Osborne et Tituba. Sarah Good est une mendiante, fille déshéritée d'une aubergiste

Les trois femmes sont officiellement accusées de sorcellerie le 1 er mars 1692 et mises en prison. D'autres accusations suivent : Dorcas Good (la fillette de Sarah Good, âgée de 4 ans), Rebecca Nurse (une grand-mère malade et pieuse)... Les prisons se remplissent progressivement et un nouveau problème surgit : sans forme légitime de gouvernement, les accusés ne peuvent être jugés. Ainsi, aucun procès n'a lieu avant la fin mai 1692. Lorsque le gouverneur William Phips arrive et institue une Court of Oyer and Terminer, Sarah Osborne est déjà morte en prison sans avoir été jugée, Sarah Good a accouché d'une petite fille, plusieurs autres accusés sont malades. Environ 80 personnes attendent leur procès dans les geôles.

Pendant l'été, la cour est en session une fois par mois. Une seule accusée est relâchée, après que les jeunes accusatrices se rétractent à son sujet. Tous les procès se terminent par la condamnation à mort de l'accusé pour sorcellerie, aucun acquittement n'est prononcé. Seuls ceux qui plaident coupable et dénoncent d'autres suspects évitent l'exécution capitale. 

source Wikipédia

Saint-Pée-sur-Nivelle

Savez-vous que Saint-Pée-sur-Nivelle, charmant village située à côté de Bayonne, fût dans un temps reculé surnommé la terreur des sorcières ?

En 1609, son château fût le théâtre sanglant des agissements sordides du bien nommé Pierre de Lancre chasseur de sorcières. Pierre de Lancre est né à Bordeaux en 1553. Après des études de droit et de théologie en France, puis en Bohème et à Turin, il devient, le 3 août 1582, conseiller au Parlement de Bordeaux. En 1588, il épouse la petite-nièce de Montaigne. En 1609 le conseiller de Lancre intervient au Pays basque, à la tête de la commission d'enquête demandée par Henri IV.
Cette commission devait "purger le pays de tous les sorciers et sorcières sous l'emprise des démons,des guérisseuses
et cartomanciennes". Vaste programme pour un homme peu compatissant. Il ne faut pas oublier que la région Basque vivait beaucoup à l'époque de la pêche. Et donc cette région était peuplée de marins et surtout de leurs femmes réputées pour leur soi-disant moeurs légères. C'était donc un vivier de femmes seules censées courir le sabbat afin d'assouvir leurs pulsions. C'est donc dans le château Saint-Pée-sur-Nivelle que ce triste sire instruisit plus de 600 procès pour sorcellerie. Des femmes, mais aussi des enfants et des prêtres furent torturés puis brûlés. Pour cette besogne , il fût aidé par une toute jeune fille de 17ans qui était experte à trouver" la marque du diable."
De retour de mer,les marins prirent fait et cause pour les malheureux accusés encore vivants. Craignant une insurrection, le parlement de Bordeaux rappela Pierre de Lancre.

source Wikipédia

 

La sorcière Sansel

 Petite histoire pour petits enfants.


 

 

Petit sortilège amoureux

 Comment éliminer une rivale

Quelqu'un d'autre est dans l'orbite de votre élu ?

Il n'arrive pas à oublier son ex, qui rôde pas loin ?

C'est le moment d'agir et de prendre des mesures draconiennes.

Le lendemain de la pleine lune, écrivez le prénom de votre rivale sur un bout de parchemin (si vous ne le connaissez pas, donnez-lui un nom magique) et frottez-le avec une gousse d'ail préalablemen pelée. Glissez le parchemin dans une enveloppe, cachetez à la cire et prononcez les mots suivants, en tenant l'enveloppe sur votre front :

"Punaise (prénom), je n'apporte ni nuisances, ni blessures, ni maux, mais libère mon aimé de ton emprise!" Puis brûlez l'enveloppe à la flamme d'une bougie et enterrez ses cendres ainsi que la bougie.

 

 

 

 



22/10/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres